Douceur d'Amour Angélique
Bonjour à vous tous et toutes,

Je vous invite à venir pousser la porte du forum " Douceur d'Amour Angélique " , en vous accueillant les grands bras ouverts ...

Toutes échanges entre nous, nous fait grandir, et ouvre sur la clef du coeur Divin, merci de votre fidélité, et compréhension ...

Notre amie qui nous a quitté Plume de Lumière ...


Forum ésotérique et spirituel,dans lequel nous abordons de multiples sujets comme les ressentis, la médiumnité, les anges, la cartomancie etc.... une belle école de la vie au travers de laquelle nous pourrons parfaire nos connaissances divines ...
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur le Forum ♥ Plume de lumière & Lucrèce !L'Automne est là mes amis(es)!
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Sujets les plus actifs
La Roue de la Divination de Titania
Citation sur La Vie
Beau petit proverbe
Ressenti photo
citation du jour en image
Quel est votre chemin
Blagues Diverses
Florent Pagny "La beauté du doute" Chanson
Blagues sur les Fous
Citations sur le Pardon
Partenaires

créer un forum

      


Mots-clés
angeliques energies Jeux Salomon Topsite plumes inversées miroirs attraction pensée photos mois cartes recette image méditation Sceau Ressenti jour heures symboles rire pierres citation nombres forum
Sujets similaires

Partagez | 
 

 Poème Lucie

Aller en bas 
AuteurMessage
Yelielle

avatar

Messages : 1689
Humeur* : dans les Etoiles

MessageSujet: Poème Lucie   Sam 26 Mai - 7:30

Lucie

Élégie

Mes chers amis, quand je mourrai,
Plantez un saule au cimetière.
J'aime son feuillage éploré ;
La pâleur m'en est douce et chère,
Et son ombre sera légère
À la terre où je dormirai.

Un soir, nous étions seuls, j'étais assis près d'elle ;
Elle penchait la tête, et sur son clavecin
Laissait, tout en rêvant, flotter sa blanche main.
Ce n'était qu'un murmure : on eût dit les coups d'aile
D'un zéphyr éloigné glissant sur des roseaux,
Et craignant en passant d'éveiller les oiseaux.
Les tièdes voluptés des nuits mélancoliques
Sortaient autour de nous du calice des fleurs.
Les marronniers du parc et les chênes antiques
Se berçaient doucement sous leurs rameaux en pleurs.
Nous écoutions la nuit ; la croisée entr'ouverte
Laissait venir à nous les parfums du printemps ;
Les vents étaient muets, la plaine était déserte ;
Nous étions seuls, pensifs, et nous avions quinze ans.
Je regardais Lucie. - Elle était pâle et blonde.
Jamais deux yeux plus doux n'ont du ciel le plus pur
Sondé la profondeur et réfléchi l'azur.
Sa beauté m'enivrait ; je n'aimais qu'elle au monde.
Mais je croyais l'aimer comme on aime une soeur,
Tant ce qui venait d'elle était plein de pudeur !
Nous nous tûmes longtemps ; ma main touchait la sienne.
Je regardais rêver son front triste et charmant,
Et je sentais dans l'âme, à chaque mouvement,
Combien peuvent sur nous, pour guérir toute peine,
Ces deux signes jumeaux de paix et de bonheur,
Jeunesse de visage et jeunesse de coeur.
La lune, se levant dans un ciel sans nuage,
D'un long réseau d'argent tout à coup l'inonda.
Elle vit dans mes yeux resplendir son image ;
Son sourire semblait d'un ange : elle chanta.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Fille de la douleur, harmonie ! harmonie !
Langue que pour l'amour inventa le génie !
Qui nous vins d'Italie, et qui lui vins des cieux !
Douce langue du coeur, la seule où la pensée,
Cette vierge craintive et d'une ombre offensée,
Passe en gardant son voile et sans craindre les yeux !
Qui sait ce qu'un enfant peut entendre et peut dire
Dans tes soupirs divins, nés de l'air qu'il respire,
Tristes comme son coeur et doux comme sa voix ?
On surprend un regard, une larme qui coule ;
Le reste est un mystère ignoré de la foule,
Comme celui des flots, de la nuit et des bois !

- Nous étions seuls, pensifs ; je regardais Lucie.
L'écho de sa romance en nous semblait frémir.
Elle appuya sur moi sa tête appesantie.
Sentais-tu dans ton coeur Desdemona gémir,
Pauvre enfant ? Tu pleurais ; sur ta bouche adorée
Tu laissas tristement mes lèvres se poser,
Et ce fut ta douleur qui reçut mon baiser.
Telle je t'embrassai, froide et décolorée,
Telle, deux mois après, tu fus mise au tombeau ;
Telle, ô ma chaste fleur ! tu t'es évanouie.
Ta mort fut un sourire aussi doux que ta vie,
Et tu fus rapportée à Dieu dans ton berceau.

Doux mystère du toit que l'innocence habite,
Chansons, rêves d'amour, rires, propos d'enfant,
Et toi, charme inconnu dont rien ne se défend,
Qui fis hésiter Faust au seuil de Marguerite,
Candeur des premiers jours, qu'êtes-vous devenus ?

Paix profonde à ton âme, enfant ! à ta mémoire !
Adieu ! ta blanche main sur le clavier d'ivoire,
Durant les nuits d'été, ne voltigera plus...

Mes chers amis, quand je mourrai,
Plantez un saule au cimetière.
J'aime son feuillage éploré ;
La pâleur m'en est douce et chère,
Et son ombre sera légère
À la terre où je dormirai.


Alfred de Musset
Revenir en haut Aller en bas
oriane

avatar

Messages : 1223
Humeur* : plaisante

MessageSujet: Re: Poème Lucie   Mar 5 Juin - 18:14

Magnifique, et tellement fort en émotion...

merci Nini pour ce partage Coeur Sourire
Revenir en haut Aller en bas
Yelielle

avatar

Messages : 1689
Humeur* : dans les Etoiles

MessageSujet: Re: Poème Lucie   Mer 6 Juin - 8:31

Merci Oriane…

Bisous
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Poème Lucie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Poème Lucie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PRODUITS A SAINTE-LUCIE
» Mes Lucie village / Baby candy / Koedachan MàJ p6
» ** Les lucie Village et Candy de Ptepuce ** Villa Suprise p2
» AUZOU x HÉRUBEL (M1754 Octeville-su-Mer)
» Histoire de cidre.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Douceur d'Amour Angélique :: AUX PORTES DE LA REVERIE :: AUX PORTES DE LA REVERIE :: Poèmes.-
Sauter vers: